Vous êtes ici >> Accueil/Les brèves
Résultats par page : 5 | 10 | 20 | 50
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | »

Les brèves

La France instaure une taxe sur les bières fruitées

Ajouté le 06/01/2005 - Auteur : TLB
Depuis le 1er janvier, une nouvelle taxe imbuvable frappe certaines bières belges fruitées en France. Les Brasseurs Belges tentent d'obtenir une dérogation. Mais si rien ne change, le préjudice pourrait être grand pour certains brasseurs.

Les bières Belges ont décidément la vie difficile en France. Il y a deux ans, à la même époque, les autorités françaises avaient instauré une lourde taxe sur les bières titrant plus de 8,5 degrés d'alcool, pénalisant ainsi 25 marques de bières spéciales dont quelques-unes de nos célèbres trappistes (Chimay, Rochefort et Westmalle), bières d'abbaye (Maredsous) et autres bières fortes (la Bush). Suite à l'ire des brasseurs belges et l'intervention du ministre des Finances Didier Reynders auprès de son homologue français, la fameuse taxe avait finalement été supprimée. Voilà qu'à présent la France remet le couvert. Mais cette fois-ci, ce sont nos bières fruitées qui sont visées.

Loi contre les alcopops

Explication: le 9 août dernier, le parlement français a adopté une loi relative à la santé publique qui instaure notamment une taxe sur les boissons alcoolisées «premix» ou «alcopops» (cocktails alcoolisés de type Bacardi Breezer). Son objectif: réduire la consommation de ces boissons auprès des jeunes.

Cette taxe touche les mélanges de boissons dont le taux d'alcool est supérieur à 1,2 pc et inférieur à 12 pc et qui contiennent plus de 35 grammes de sucre ou une édulcoration équivalente par litre.

«Cette loi n'a pas pour intention de taxer les bières fruitées belges mais compte tenu des caractéristiques des produits visés dans la circulaire, certaines marques belges le sont», explique Dominique Taeymans, le directeur général des Brasseurs Belges. Cela concerne plus précisément les bières fruitées qui ne sont pas protégées par une spécificité géographique ou traditionnelle garantie comme la gueuze, la lambic, la faro ou encore la Kriek classique. Le législateur français a aussi prévu des exclusions pour les liqueurs, les vins aromatisés comme la sangria ou des boissons comme le Martini ainsi que pour les panachés (mélanges de bière et de limonade faiblement alcoolisés), très prisés en France.

Plainte au niveau européen

Depuis l'été, la fédération des brasseurs multiplie les contacts avec les autorités françaises pour obtenir une dérogation pour toutes les bières belges.

«Contrairement aux alcopops, nous n'ajoutons pas d'alcool à nos bières, juste un arôme et/ou du sucre», argumente le directeur général des Brasseurs Belges. Le Premier ministre belge Guy Verhofstadt a écrit à son homologue Jean-Pierre Raffarin pour appuyer la requête des Brasseurs Belges et en a même touché un mot au président Chirac lors du dernier Sommet européen. Pour mettre un peu plus la pression, les Brasseurs Belges ont déposé, en décembre, une plainte auprès de la Commission européenne au motif que cette taxe est une mesure protectionniste puisqu'elle ne vise que les bières importées. Pour l'heure, la fédération poursuit ses démarches afin d'obtenir au plus vite une dérogation pour toutes les bières belges mais, entre-temps, la nouvelle taxe (11 euros par décilitre d'alcool pur) est entrée en vigueur, depuis le 1er janvier.

«Elle revient à doubler le prix de vente des bières concernées, donc à les rendre invendables sur les marchés français», précise Philippe Lefebvre, le patron de la brasserie du même nom, qui brasse notamment la bière d'abbaye de Floreffe. La brasserie de Quenast avait lancé, l'été dernier, deux bières fruitées (la Newton à base de pommes et une Kriek à base de cerises) dans l'Hexagone, son premier marché à l'exportation. «C'est un marché qui se développait très fort. L'importateur va nous renvoyer les fûts. A ce stade-ci de l'année, ce n'est pas encore trop grave car ce sont des bières qui se vendent surtout l'été. Mais si on ne rectifie pas rapidement le tir, cela nous portera préjudice, on prévoyait d'au moins doubler nos ventes cette année en France».

Depuis quelques années, les gueuzes et bières fruitées ont le vent en poupe en Belgique: en 2003, elles ont connu une progression de 16,4 pc alors que le marché belge s'érode depuis 2000. De nombreuses brasseries ont, dès lors, investi dans ce créneau juteux, en lançant de nouveaux produits en Belgique mais aussi à l'étranger. Leurs efforts pourraient être rapidement anéantis si rien ne change. La Brasserie de Silly, qui a lancé la «Pink Killer» (une bière blanche à base de pamplemousse), est ainsi inquiète pour son développement en France, «où le nouveau produit marche bien».

La parade d'Inbev

Le géant brassicole Inbev a, lui, déjà trouvé la parade.

«Nous avons modifié la recette de la Kriek Extra et de Boomerang (NdlR: boisson maltée aromatisée au citron) pour éviter que ces produits ne soient soumis à la nouvelle taxe», explique François Vieillard, le porte-parole d'InBev France. En clair, le brasseur a réduit l'ajout de sucre dans la Kriek Extra et réduit le taux d'alcool de Boomerang. Sans quoi, le prix de vente de la bouteille de Boomerang serait passé de 0,93 à 1,70 euro. Tout simplement imbuvable!

Duvel se porte bien

Ajouté le 21/12/2004 - Auteur : TLB
La Banque Degroof a consacré un important dossier à Duvel. Sur base des résultats communiqués jusqu’ici, la recommandation sur la valeur a été relevée de ‘conserver’ à ‘acheter’.

L’action est valorisée à 27,20 EUR. Les chiffres affichés par le brasseur étaient excellents et dépassaient même les prévisions pourtant agressives de la Banque Degroof.

L’entreprise semble par ailleurs de nouveau sur la bonne voie. En se défaisant de sa filiale déficitaire Freya, la brasserie a éliminé un de ses problèmes. A l’avenir, la distribution aux Etats-Unis est en mesure de contribuer au résultat de l’entreprise.

Mondial-2006 - La bière allemande pourra couler à flot dans les stades

Ajouté le 21/12/2004 - Auteur : TLB
La bière allemande pourra être servie dans les stades de la Coupe du monde 2006 de football, organisée en Allemagne, après un accord intervenu entre le brasseur américain Anheuser-Busch, qui détient les droits d'exclusivité, et le brasseur allemand Bitburger, a indiqué mardi le Comité d'organisation du Mondial (WMOK).

"Le parraineur exclusif Anheuser-Busch s'est montré très coopératif et a réagi devant le marché allemand de la bière très, très sensible", a expliqué le vice-président du WMOK, Wolfgang Niersbach, confirmant une information du quotidien Bild.

"Selon l'accord, Bitburger peut vendre sa bière dans les stades mais ne pourra pas faire de la publicité en relation avec la Coupe du monde", a-t-il précisé.

Les panneaux publicitaires seront donc exclusivement réservés au brasseur américain et à sa marque phare, Budweiser.

Anheuser-Busch, numéro deux mondial de la bière en volume, a acquis pour 40 millions de dollars (29,8 millions d'euros) auprès de la Fédération internationale (FIFA) le droit d'exclusivité pour la vente de bière dans les stades où se dérouleront les matches de la Coupe des confédérations 2005 et du Mondial-2006.

La nouvelle avait provoqué une polémique en Allemagne, où l'on compte quelque 1.200 brasseries.

Le WMOK avait entamé en octobre des négociations avec Anheuser-Busch pour permettre aux brasseurs allemands, et notamment la société basée à Bitburg (sud-ouest), d'avoir accès à ce juteux marché.

Scottish & Newcastle investit sur le marché indien de la bière

Ajouté le 21/12/2004 - Auteur : TLB
Scottish & Newcastle se renforce sur le marché indien de la bière. Le brasseur britannique va acquérir une participation de 17,5% dans United Breweries pour un montant de 7,63 milliards de roupies (soit 175 millions de dollars). Par ailleurs, S&N dispose d’une option lui permettant d’acquérir 20% du capital de United Breweries supplémentaires et va financer à hauteur de 2,47 milliards de roupies le rachat de convertibles.

United Breweries va également récupérer Millenium, la joint-venture formée il y a deux ans avec S&N.

United Breweries commercialise la marque Kingfisher qui totalise 29,5% des parts de marché du marché indien de la bière.

La Chine est la première consommatrice de bière au monde

Ajouté le 18/12/2004 - Auteur : TLB
La Chine est devenue la première consommatrice de bière de la planète en 2003, devant les Etats-Unis, indique une enquête mondiale conduite par le brasseur japonais Kirin Brewery.

Les Chinois ont avalé près de 25 milliards de litres de bière en 2003, soit 17,3% de la consommation mondiale (144 milliards de litres), contre 16,5% pour les Américains, précise l’étude de Kirin, le deuxième fabricant japonais de bière.

L’enquête attribue la performance à la hausse du pouvoir d’achat des Chinois. Comparativement, ils ont ingurgité beaucoup plus (+6,4%) de bière en 2003 qu’en 2002 alors que dans le même temps les Américains en consommaient un petit peu moins.

«La part grandissante des classes moyennes en Chine est le principal facteur de la hausse de la consommation», a expliqué un porte-parole de Kirin Brewery.

«Les brasseurs japonais et étrangers estiment que le marché chinois a encore un fort potentiel de croissance. La consommation de bière devrait suivre le rythme de la croissance économique.», a-t-il ajouté.
Toutefois, si la Chine a pris la tête de la consommation globale, elle reste largement derrière en termes de consommation individuelle: Un Chinois boit en moyenne 19,7 litres de bière par an, un Américain 81,6 litres.

C’est le Tchèque qui reste le buveur de bière le plus assidu au monde (159 litres par an et par individu en moyenne en 2003), devant l’Irlandais (135,7 litres).

La consommation mondiale de bière a progressé de 1,9% en 2003, marquant la 18ème année de hausse ininterrompue.

Baisse de la consommation de bière en Allemangne

Ajouté le 11/12/2004 - Auteur : TLB
Baisse (relative) de la consommation de bière et concentration de l'industrie brassicole agitent l'opinion allemande attachée à ses bières locales.

Une baisse de la consommation nationale moyenne (117 litres contre 121 en 2002), l'introduction d'une taxe sur les bouteilles non consignées, la concurrence accrue des grands groupes, tous ces facteurs contribuent à une vague de concentration dans le paysage brassicole de l'autre côté du Rhin. On dénombre 1 268 brasseries sur toute l'Allemagne, 60% de très petite taille (gastronomie) et environ 120 de taille moyenne (de 5 000 à 500 000 hl/an). Le sud-ouest de l'Allemagne avec une structure de petites et moyennes entreprises fait aussi les frais de cette refonte.

Plusieurs événements récents ont secoué la presse et la population locales et sont symptomatiques de l'ambiance mouvementée qui règne. Après sa reprise par la maison de tradition Fürstenberg à Donaueschingen, la brasserie « Riegeler Brauerei » à Riegel, transfère sa production vers la maison mère et ferme définitivement ses portes en octobre 2003 après avoir été méthodiquement désossée par son nouveau propriétaire qui écarte par la même occasion une concurrence locale trop proche. La marque « Riegeler » subsiste néanmoins, son image est renouvelée et les employés se voient proposer des postes à Donaueschingen. Dans la région, personne ne s'étonne car l'évolution était prévisible depuis un certain temps.

En revanche, la nouvelle, un an plus tard, de la reprise de Fürstenberg même (300 salariés et 59,7 millions d'euros de chiffre d'affaires par an) par le troisième groupe brassicole mondial, Brau Holding International AG, fait passer un courant d'air froid autour des brasseries de taille moyenne qui perdent une fois de plus l'une d'entre elles.

Merci à Deldongo pour l'info

Les Français boivent moins de bière.

Ajouté le 08/12/2004 - Auteur : TLB
Les ventes de bière devraient connaître une nouvelle baisse - comprise entre 5% et 7% - en France en 2004, par rapport à l'année précédente, estime Olivier Picot, président-délégué général de l'Association des Brasseurs de France.

Après plusieurs années consécutives de baisse de la consommation de bière en France, les ventes avaient légèrement progressé en 2003, en hausse de 2,6% par rapport à 2002, avec 21 millions d'hectolitres vendus dans l'Hexagone, grâce à "l'effet canicule" de l'été.

Mais la baisse de la consommation de bière en France - moins 25% en 25 ans - s'est à nouveau confirmée en 2004 avec une estimation, début décembre, d'une nouvelle chute de 5% à 7% par rapport à 2003, ramenant les ventes en dessous de leur niveau de 2002, a déclaré M. Picot lors d'un entretien avec des journalistes.

Pour le président de Brasseurs de France, ce nouveau repli s'explique par la forte concurrence dans le secteur des boissons, notamment alcoolisées, des prix élevés, la forte diminution des cafés en France (passés de 80.000 à 40.000 en 20 ans), à un discours de santé publique peu favorable à la consommation des boissons alcoolisées et l'"effet Sarkozy" avec les mesures contre l'alcoolisme au volant.

Fête de la bière et des produits du terroir à Vergy

Ajouté le 01/12/2004 - Auteur : TLB
A l'approche des fêtes de fin d'années, l'Association des Amis de Vergy, organise les quatre et cinq décembre prochain la Fête de la Bière et des Produits du Terroirs.

On pourra y découvrir toute une gamme de bières brassées en Bourgogne, avec également des produits de bouche, escargots, foie gras, miel, pain d'épice, chocolat, fromages, bijoux, articles en bois sculptés, etc. Buffet, buvette, gaufres.

Entrée libre.

Pour exposer s'adresser à la présidente Monique Grivot 12 rue de Loussière 21220 Bévy. Prix du stand 25 euros pour les deux jours.

La brasserie Molson est évacuée

Ajouté le 30/11/2004 - Auteur : TLB
Une fuite d'ammoniaque a nécessité l'évacuation des 300 employés de la brasserie Molson à Montréal, lundi après-midi.

L'incident est survenu lorsqu'un employé qui conduisait un charriot a accidentellement accroché un tuyau d'huile dans lequel se trouvait une faible concentration d'ammoniaque.

L'employé en question a été incommodé par les émanations, mais il est hors de danger. La fuite a été immédiatement colmatée.

1 commentaire - Voir | Rédiger

La fabrique de bières haut de gamme de Cléguérec mise sur le mieux boire

Ajouté le 30/11/2004 - Auteur : TLB
Le gérant de la brasserie Celtik Didier Moullec et deux de ses salariés lors du week-end portes ouvertes samedi et dimanche.
La brasserie Celtik, installée depuis un an à Cléguérec, a organisé des portes ouvertes vendredi et samedi afin de présenter son nouvel espace accueil. Les visiteurs ont également pu découvrir la partie production de la fabrique de bière.

La brasserie Celtik dispose désormais de trois espaces : production, vente et accueil. L'espace accueil vient d'être réaménagé et une personne a été embauchée. « On mise sur la convivialité », explique Didier Moullec, le gérant. La salle peut également accueillir des soirées privées. Afin de présenter au public ce nouvel univers consacré à la bière, la brasserie a organisé deux journées portes ouvertes vendredi et samedi, « pour faire découvrir aux gens ce que l'on fait. »

La brasserie Celtik fabrique des bières blanches, blondes et ambrées sous les marques Celtika et Rohane. Elles sont distribuées dans les grandes surfaces de l'Ouest et dans des magasins de produits régionaux au niveau national. Des bières « haut de gamme. Nous misons sur le mieux boire et le boire moins. » Et d'ici l'été prochain, les bières vont être présentes dans les rayons des magasins La Trinitaine qui compte 300 points de vente.

La brasserie emploie trois salariés, ainsi qu'un maître brasseur qui effectue des analyses microbiologiques à toutes les phases de la fabrication, un commercial et une personne à l'accueil.

Prochain objectif de la fabrique : le démarrage à l'exportation en 2005 vers les États-Unis.

·Pratique. Brasserie Celtik, Zone artisanale de Bellevue à Cléguérec. Ouverte du lundi au samedi de 9 h à 20 h.
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | »
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé - Consommez avec modération