Vous êtes ici >> Accueil/Les brèves
Résultats par page : 5 | 10 | 20 | 50
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | »

Les brèves

Portes ouvertes à la brasserie artisanale "la Choulette"

Ajouté le 07/11/2004 - Auteur : TLB
Alain Dhaussy, maître brasseur qui allie savoir-faire et respect de la tradition, vous ouvre les portes de sa brasserie artisanale à l'occasion du lancement de la Choulette de Noël !

Venez donc, samedi 6 et dimanche 7 novembre, de 14h à 17h, visiter la brasserie, le musée et déguster (avec modération, bien sûr), la Choulette de saison !


Brasserie Artisanale La Choulette -
16 rue des écoles -
59111 Hordain -
Tél. 03 27 35 72 44 -
Internet : www.lachoulette.com


La Choulette, bière de Noël, ( 7 % vol.) est une bière de garde ambrée de forte densité. Elle respecte la tradition des brasseries artisanales du Nord de la France qui avaient coutume de faire un brassin exceptionnel à la fin de l'année pour montrer leur savoir-faire et remercier leurs clients fidèles.
C'est dans cet esprit qu'a été élaborée cette bière, avec beaucoup d'attention, de soins et d'amour du métier.

Sa coloration et son goût typique sont obtenus par l'utilisation d'un mélange de malts caramels, malts aromatiques et malts torréfiés.
A apprécier à une température de dégustation de 10 à 12°C



- Commentaires -

Meura fournit les plus grands brasseurs.

Ajouté le 03/11/2004 - Auteur : TLB
En ayant investi trois millions d'euros (subsidiés à 26 % par le Phasing Out d'Objectif 1) à Péruwelz, Meura, autrefois fleuron de l'industrie brassicole à Tournai, a réuni sur un même site ses anciens bureaux de la chaussée d'Antoing et ses ateliers quaregnonnais. Et depuis que la chaudronnerie, fondée en 1845 par Jean-Baptiste Meura, est détenue à 100 % par le groupe familial lyonnais Boccard (ensemblier industriel spécialisé dans les installations pétrochimiques, cosmétiques, agroalimentaires...), elle brasse à nouveau les affaires dans le monde entier. Même si pour certains, l'épisode douloureux de la faillite de 1986 n'est pas digéré...

Aujourd'hui, les dix plus grands producteurs de breuvage houblonné des cinq continents, Inbev et Heineken en tête, sont les clients de Meura. Quinze pour cent des bières que l'on peut boire sur la planète sont produites dans des installations signées Meura, se plaît à rappeler Michel Génart, administrateur délégué depuis 1997, et ce même si nous ne sommes qu'un outsider face à trois grands groupes allemands. Avec un chiffre d'affaires de 27,5 millions d'euros en 2003 (10 millions en 1997) et 100 personnes employées (62 il y a sept ans), Meura conçoit, produit et installe des cuves cylindro-coniques, des filtres à maische (les fameux filtres-presses Meura 2001 qui ont forgé une partie de la réputation de la société), voire des salles entières de brassage en Afrique, en Amérique du Sud, en Russie ou en Chine. C'est d'ailleurs à Shangai que l'entreprise implante actuellement un troisième bureau commercial, après l'Angleterre et Moscou.

Près de 95 % de la production partent ainsi à l'exportation : la dernière réalisation, une salle de brassage, a quitté mardi le port de Péruwelz pour rejoindre la Sibérie par péniche, avant que les eaux des fleuves empruntés ne gèlent. L'un de nos points forts est que nous sommes parvenus à imposer des nouvelles technologies, car nous innovons sans cesse, dans un secteur brassicole jadis assez traditionaliste, insiste Michel Genart. Depuis 1998, à Louvain-la-Neuve, six ingénieurs et techniciens planchent en effet pour « Meura Technologies ». Ce dimanche, dans le cadre de son inauguration mais également des Journées découvertes entreprises, le site péruwelzien ouvrira ses portes au public. Un bar, bien entendu, y sera ouvert...

- Commentaires -

InBev en croissance grâce à l'Europe de l'Est

Ajouté le 03/11/2004 - Auteur : TLB
Le belge InBev, premier brasseur mondial, a publié mercredi une hausse de 7,2% de son excédent brut d'exploitation sur les neuf premiers mois de l'année à 1,7 milliard d'euros, portée par une forte augmentation de ses ventes en Europe de l'Est et en Russie.

Le groupe a ajouté s'attendre à enregistrer une croissance interne "globalement similaire" sur l'ensemble de l'année.

En incluant un gain de 473 millions d'euros issu de la cession de sa participation dans le mexicain Femsa et de la contribution au résultat, sur un mois, du géant brésilien AmBev qu'InBev a racheté en août pour se hisser au premier rang mondial en volume, le bénéfice d'exploitation affiche une hausse de plus de 50%.

Le propriétaire de la marque Stella Artois avait enregistré un résultat avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (Ebitda) de 1,1 milliard d'euros sur les neuf premiers mois de l'année 2003.

Les résultats annoncés mercredi sont conformes aux attentes des marchés et le titre, en hausse de 0,21% à 10h30 GMT, renoue avec son plus haut de l'année à 28,44 euros.

Pour la période janvier-septembre, InBev a fait état d'une hausse en volume de 32,2% à 97,7 millions d'hectolitres et une hausse de 11,5% de son chiffre d'affaires net à 5,8 milliards d'euros, incluant la contribution d'AmBev et d'autres éléments exceptionnels.

Les analystes tablaient sur un volume de 94 millions d'hectolitres et un chiffre d'affaires à 5,7 milliards.

InBev a précisé que les ventes en volume avaient affiché leur plus forte progression en Europe centrale et orientale, soit 14,9%, la Russie dominant ce marché avec une augmentation de 26,8%.

En Europe occidentale, les ventes ont décliné de 2,2% mais elles ont augmenté modérément dans les autres régions, de 4,8% en Amérique du Nord et de 1,8% en Asie.

Le directeur général du groupe, John Brock, a dit s'attendre, lors d'une téléconférence avec des analystes, à une bonne performance en Allemagne au quatrième trimestre et à des gains de part de marché après un "difficile" troisième trimestre.

Il a fait état d'une baisse de 3,3% des ventes en volume de Stella Artois sur le marché britannique, où InBev doit faire face à de fortes pressions sur les prix.

AmBev, qui possède les marques Brahma et Skol, doit annoncer ses propres résultats dans le courant de la journée. Les analystes s'attendent à une hausse de 24% de son bénéfice net au troisième trimestre.

- Commentaires -

Stark embourgeoise la 1664.

Ajouté le 03/11/2004 - Auteur : TLB
Philippe Stark a été chargé par Kronenbourg de relooker et donner une nouvelle image à la bouteille de 1664.

La mission : "effacer les relents de beaufitude et les odeurs de supporteurs qui flottent autour de la bière."

Pour cela le designer a relooké la de 1664, celle-ci est commercialisée par Kronenbourg depuis hier. Le nouveau "flacon" arbore une robe transparente.

Un article sur Libération nous explique pourquoi le designer français, qui a toujours refusé de travailler pour des marques d'alcool ou de tabac, s'est-il engagé dans cette collaboration...

- Commentaires -

Cameroun : Castle milk Stout Smoothdans un nouveau conditionnement.

Ajouté le 03/11/2004 - Auteur : TLB
Alors que les bières brunes existent depuis près de trois siècles, il a fallu attendre novembre 2003 pour que les Camerounais découvre un nouveau produit : Castle Milk Stout Smooth, qui est en fait une bière brune moins amère. C’est donc par l’entremise des Brasseries du Cameroun que les consommateurs goûtent pour la première fois à liquide brun qui n’incite pas à la grimace lorsqu’on le boit. Ils ont eu la possibilité de vérifier si l’accroche "Le parfait équilibre", choisie pour cette campagne de lancement du produit de 0.33l, était exacte. La mayonnaise prend. Le marché s’agrandit et la demande augmente. La preuve, en juin 2004, la société Guinness Sa, leader en matière des bières brunes au Cameroun, lance "Guinness Smooth", disponible uniquement en 0,50 l. Cependant, les Brasseries du Cameroun, précurseurs de ce nouveau marché des brunes douces, n’entendaient pas en rester là.

La riposte est visible depuis trois semaines. Une stratégie de communication qui combine deux types de campagnes de publicité. D’abord la campagne, qui utilise comme support l’affichage. Cette action de publicité utilise deux visuels qu’on retrouve sur les axes routiers et les principaux carrefours des grandes villes du Cameroun, sur des panneaux 6x3m et 4x3m. La première affiche présente, d’un côté, une superposition de trois mots, dont les premières lettres sont en majuscules et donnent le sigle plus digeste de Cms pour dire (Castle milk stout). De l’autre côté, il y a une bouteille que les annonceurs ont voulu à dessein gigantesque. Entre la dénomination et la bouteille, la précision du conditionnement : 0,65l. Le second visuel est sobre. Le principal message, ici, c’est que la Cms est "The perfectly smooth stout". Les deux OO du mot Smooth sont remplacés par les étiquettes arrondies du produit. Les bandeaux presse et les spots radios sont essentiellement axés sur le prix. The perfectly smooth stout = Cms en 0,33l et en 0,65l. La 0,33 l coûte 300F Cfa et 450F Cfa pour la 0,65 l.

Le choix de mettre sur le marché un nouveau format d’un produit ancien s’inscrit dans un plan marketing d’accompagnement de cette bière, d’après Cyril Brunel, directeur commercial de bières et alcool Mix des Brasseries du Cameroun : "Il y a un an nous avons été les premiers à lancer une bière brune moins amère. Nous l’avons fait en conditionnement de 0.33l. Elle a fait son temps. Les consommateurs l’ont bien accueillie. Mais, la réalité c’est que le marché des bières au Cameroun est constitué à 85% des grands modèles et de 10% de petites bouteilles. Il était important pour les Brasseries du Cameroun de se positionner dans ce segment, qui est d’ailleurs le plus gros en terme de consommateurs. Mais également de repréciser dans l’esprit de notre cible que si la smooth est devenue un nom générique aujourd’hui, nous en sommes les dépositaires et nous leur offrons un nouveau format qui équivaut vraiment à celui de grandes bières à un prix défiant toute concurrence."

Cette campagne de publicité conçue en interne utilise le français et l’anglais. Le spot radio commence en anglais et s’achève en français. Tout comme les informations sur l’accessibilité des prix et le conditionnement. Une espèce d’approche fédératrice qui veut d’abord traduire une attitude que l’on retrouve chez les consommateurs de la Cms.
Les actions terrain comme les promotions sur les lieux de vente et les tombolas accompagnent cette campagne de publicité. Mais au vu de ce qui a été déployé comme actions de communication par Guinness Sa et les Brasseries du Cameroun depuis 2003 sur ce nouveau marché de bières brunes moins amères, il évident qu’il va y avoir une véritable bataille entre les deux brasseurs en 2005, pour savoir qui aura la plus grosse part de ce segment de marché.

- Commentaires -
1 commentaire - Voir | Rédiger

Canada : La bière a le vent en poupe !

Ajouté le 03/11/2004 - Auteur : TLB
Les bières importées et les coolers à base de spiritueux continuent de gagner en popularité, au Canada, selon les dernières données dévoilées par Statistique Canada.

De façon générale, les ventes de bière, de vin et de spiritueux de la part des magasins d'alcool et de bière ont atteint 15,4 milliards $ en 2002-2003 au pays. Il s'agit d'une hausse de 6 pour cent par rapport à l'année précédente et de 47,5 pour cent par rapport à 1992-93, soit 10 ans plus tôt.

La bière en général continue d'être la boisson alcoolisée la plus populaire chez les Canadiens, représentant 51 pour cent des ventes totales de ces magasins, pour 7,9 milliards $.

Les bières importées ont plus particulièrement gagné en popularité. Ainsi, des 7,9 milliards $ de ventes totales de bières au Canada en 2003, 959,6 millions $ l'ont été en bières importées. Il s'agit d'une hausse de 34,7 pour cent par rapport à l'année précédente et d'une neuvième hausse consécutive.

À titre de comparaison, les ventes de bières canadiennes n'ont progressé que de 3,1 pour cent durant la même période. Ces bières importées séduisent particulièrement les Ontariens. Au Québec, elles atteignent 9,5 pour cent des ventes de bières, soit 216,3 millions $.

C'est à Terre-Neuve-et-Labrador que les ventes de bière par habitant sont les plus élevées et au Manitoba qu'elles sont les plus faibles.
Par ailleurs, les Québécois boivent beaucoup moins de spiritueux que les autres Canadiens, une tendance qui existe depuis des années. Ils boivent par contre davantage de vin. C'est d'ailleurs au Québec que les ventes de spiritueux par habitant sont les plus faibles et à Terre-Neuve-et-Labrador qu'elles sont les plus élevées.

- Commentaires -

Un brasseur égyptien veut s'installer en Gruyère

Ajouté le 03/11/2004 - Auteur : TLB
VUADENS - Le fabricant égyptien de bière non alcoolisée Fayrouz veut s'implanter dans la localité fribourgeoise de Vuadens. L'entreprise égyptienne appartient au géant Heineken. La création d'une quarantaine d'emplois est prévue.

"Le brasseur égyptien devrait s'installer au cours du premier trimestre 2005", a indiqué le conseiller d'Etat Michel Pittet. Il confirmait ainsi une information de "La Gruyère" et "La Liberté". A la connaissance de M. Pittet, l'entreprise a déjà commencé à recruter du personnel, mais l'achat de locaux n'est pas encore finalisé.

La bière Fayrouz est fabriquée par l'entreprise Al Ahram Beverage Company (ABC). Cette société, l'une des plus anciennes d'Egypte, a été créée en 1897 et rachetée en 2002 par le groupe néerlandais Heineken.

Elle produit chaque année quelque 430 000 hectolitres de bière et 620 000 hectolitres de boissons maltées non alcoolisées. Elle emploie près de 4000 personnes et génère un chiffre d'affaires de 105 millions de dollars.

La future société basée en Gruyère sera chargée de conditionner des concentrés de malt. Elle fabriquera de la matière première pour la bière sans alcool.

- Commentaires -

Exposition : Tour du monde autour d'une collection.

Ajouté le 03/11/2004 - Auteur : TLB
La médiathèque de Chauny propose une exposition du 20 au 27 novembre. Jean Wendremaire expose sa collection autour de la bière, et propose un voyage autour du monde.

Jean WENDREMAIRE est tegestophile,c'est un retraité passionné qui collectionne depuis de nombreuses années tout ce qui se rapporte à la bière. Il expose à Chauny une petite partie de sa collection du 20 au 27 novembre, à la médiathèque.

Sa cave est remplis par sa collection :

* 12.000 sous-bocks,
* 950 verres et chopes,
* 2.300 étiquettes,
* 42 tee-shirts,
* de la documentation des brasseries,
* 200 affiches,
* 80 panneaux de bar,
* 40 livres et 250 cartes postales.

Pour l'exposition, il s'est attelé à rechercher des reproductions de tableaux de maître où la bière est représentée. Il en a déjà réuni 27, de Rembrandt à Picasso en passant par Van Gogh ou Mannet.

Jean Wendremaire exposera aussi 200 verres et chopes, 6 panneaux de cartes postales anciennes, une vitrine avec des ouvrages et surtout 40 panneaux avec des sous-bocks « fantaisistes, humoristiques ou originaux ».

Bière, humour et fantaisie, exposition du samedi 20 au samedi 27 novembre, à la médiathèque de Chauny.

Ouverte les :

mardis et jeudis de 14 h 30 à 17 h 30,
mercredi de 9 heures à 12 heures et de 14 heures à 17 h 30,
vendredi de 10 heures à 12 heures et de 14 h 30 à 17 h 30
samedi de 10 heures à 12 heures et de 14 heures à 17 heures.

- Commentaires -

Russie: les députés veulent mettre fin à la bière dans les rues

Ajouté le 03/11/2004 - Auteur : TLB
MOSCOU - La Douma, chambre basse du Parlement russe, a voté mercredi en deuxième lecture un projet de loi prévoyant l'interdiction de consommer de la bière dans les lieux publics, y compris les rues, les parcs, les stades ou les transports publics.

Ce texte va à l'encontre d'un usage extrêmement répandu en Russie. 429 députés se sont prononcés en faveur du projet de loi et un seul contre, la consommation de bière étant considérée comme la principale responsable de la progression de l'alcoolisme chez les jeunes.

Le texte est plus restrictif que le projet de loi initial qui prévoyait seulement d'interdir la consommation de bière dans les jardins d'enfants, les établissements d'enseignement et les établissements de santé.

La Douma avait déjà adopté à l'unanimité en août en dernière lecture une loi limitant sévèrement la publicité pour la bière dans les médias et dans les stades. Cette mesure avait soulevé de vives protestations dans les milieux du football et du hockey russe qui craignent une baisse drastique de leurs revenus tirés de la publicité.

- Commentaires -

Le fondateur de la Brasserie Lancelot prend sa retraite.

Ajouté le 27/10/2004 - Auteur : TLB
A 61 ans il cède sa brasserie à deux cadres et le fête au cours d'un fest-noz

Devant les cuves de cuivre de la brasserie de la Mine d'Or au Roc-Saint-André : de gauche à droite Bernard Lancelot, Éric Ollive, responsable de la fabrication, et Erwan Hamon, maître brasseur et musicien au bagad de Malestroit.

Bernard Lancelot, fondateur de l'emblématique brasserie du même nom au Roc-Saint-André passe la main. A 61 ans, il cède son affaire à deux de ses cadres et fera officiellement ses adieux le dimanche 31 octobre au cours d'un fest-noz géant et gratuit, la nuit de la Samhain, le nouvel an celtique. On n'est pas brasseur breton pour rien.

Barbe finement moussue comme sa cervoise Blanche Hermine, le tempéré Bernard Lancelot aura été, jusqu'au bout, de ces entrepreneurs éthiques et atypiques. Le dimanche 31 octobre prochain, dans sa brasserie du Roc-Saint-André, ouverte pour l'occasion au public, il attendra 18 h 34, le coucher du soleil, pour lancer la fabrication de la XI, I. Une bière « événementielle » qu'il a imaginée il y a de cela six ans pour l'antique fête religieuse de la Samhain, le nouvel an celtique. XI, I car titrant 11,1 degrés, brassée le premier jour du 11e mois...

Industriel régional alternatif

Le houblon en cuve, tout le monde se transportera à quatre kilomètres de là dans une salle des fêtes pour un immense fest-noz avec pas moins de douze groupes invités. L'an passé ils furent entre trois et quatre mille...

« On voulait donner un autre sens à cette fête d'Halloween qui est purement commerciale. » C'est un peu ça Lancelot : un fin brassage d'artisanat, de marketing culturel et d'industriel régional alternatif. L'homme a été seize ans à EDF, technicien à l'usine nucléaire de Chinon. Revenu au pays gallo, il s'installe apiculteur pendant une dizaine d'années avant de se lancer dans l'aventure brassicole en 1989, à Saint-Servant-sur-Oust.

La cervoise Lancelot des débuts s'est enrichie de toute une gamme aux consonances régionales et reconnue des amateurs de bonnes mousses : Tellen Du, Bonnet Rouge, Blanche Hermine, Duchesse Anne, etc. « On commercialise régulièrement sept bières, et nous possédons dix-sept recettes ». Le brasseur fait travailler aujourd'hui quatorze personnes pour 800 000 litres de bière par an, « ce que produit Kronenbourg en une journée ».

L'histoire du cola breton

Il y a trois ans, il lance Breizh Cola, le « premier cola breton ». L'entrepreneur résistant ne veut pas passer sous le rouleau compresseur de l'uniformisation. Un succès malin puisqu'il sort depuis son usine de Brest deux millions de litres de cola. « On est content. On fait 80 % de nos ventes en Bretagne et on a donné l'idée à d'autres de faire des colas régionaux : il y a Alsacecola, Chtilacola dans le Nord, un cola provençal. »

Le temps de la retraite durable et active a sonné. Bernard Lancelot assure la continuité de l'entreprise en la cédant à Stéphane Kerdodé, responsable commercial, et à Eric Ollive, responsable de la production depuis dix ans. Un fidèle. Tous deux auront la charge de trouver un nouveau site de stockage et de production du Breizh cola. Près de la brasserie et « pas au-delà d'un rayon de trente kilomètres. Ce n'est pas le genre de la maison d'obliger les gens à déménager pour suivre leur boulot. » La nouvelle brasserie Lancelot saura-t-elle ne pas oublier l'esprit de son atypique et éthique créateur ?

- Commentaires -
2 commentaires - Voir | Rédiger
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | »
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé - Consommez avec modération